La réserve cognitive : indispensable pour faire face à d’éventuels lésions cérébrales

Tout d’abord, il est bon de comprendre que le cerveau est un muscle. Un merveilleux muscle plein de potentiel qui, comme tous les autres, doit être exercé ; plus nous l’entraînons à effectuer différentes tâches, plus il deviendra résistant et plus les conditions qu’il maintiendra avec le temps seront bonnes. En d’autres termes, le cerveau maintiendra ces capacités sur une plus longue période et sera en plus résistant aux troubles cognitifs. Le niveau de réserve cognitive d’une personne peut tout à fait être renforcée tout au long de sa vie afin de bénéficier d’un niveau d’intelligence relativement stable avec l’âge. Pour le maintenir à un niveau optimal pour votre santé physique et cognitive, il sera donc essentiel de pratiquer de nombreuses activités afin d’activer la réserve cognitive.

Le cerveau et la réserve cognitive : l’œuf et la poule

Notre cerveau est un organe multidisciplinaire et extrêmement plastique, qui absorbe toutes sortes de stimuli et traite toutes sortes d’informations. Cette activité continue lui permet de rester actif et de devenir plus fort, en maintenant au fil des ans un état adéquat, qui lui permet de faire face à certaines maladies et de développer ce qu’il nous connaît sous le nom de “réserve cognitive”. La réserve cognitive est la capacité des êtres humains à faire face à la détérioration que nous pouvons subir du fait de certaines maladies, y compris la vieillesse. Elle démontre également notre agilité mentale et notre capacité dans les processus cognitifs tels que la résolution de problèmes, la mémoire, l’invention, le raisonnement, l’imagination, etc.

Le nombre de neurones est défini à la naissance d’une personne qui se réduit progressivement avec l’âge. Toutefois, celle-ci reste capable de réaliser divers apprentissages et augmenter les performances de son cerveau à l’âge adulte. La communauté scientifique pense que la réserve cognitive, qui se développe jusqu’à l’âge de 25 ans améliore les performances du cerveau, et ce dernier peut même montrer une résilience spectaculaire face aux lésions cérébrales.

La réserve cognitive : protectrice de notre cerveau

Il y a eu des cas cliniques dans lesquels, après la mort d’une personne et seulement après l’autopsie, on a découvert qu’elle souffrait d’une maladie cérébrale, même très grave, dont, étrangement, elle n’avait montré aucun signe au cours de sa vie. Cela montre la capacité et la plasticité du cerveau, qui est capable de trouver de nouvelles façons de combler un éventuel déficit. Lorsque, par exemple, une personne reçoit un diagnostic d’Alzheimer qui affecte fortement le cerveau et surtout la mémoire, la maladie peut mettre plus ou moins de temps à se manifester grâce à la réserve cognitive du cerveau. En effet, un ensemble de structures qui se développent plus que la normale pour le rendre suffisamment fort pour faire face à une détérioration neuronale progressive et à une terrible perte de mémoire.

Obtenir une réserve cognitive élevée

S’il est vrai que la réserve cognitive est souvent associée à des facteurs génétiques et environnementaux, vivre dans un contexte qui nous aide à développer nos capacités cognitives, qui nous donne toujours de nouveaux stimuli et qui maintient notre intérêt pour l’apprentissage ainsi que l’expérimentation sont des activités qui sont d’une grande aide. On pourrait donc dire que les fondements qui garantissent une bonne réserve cognitive sont, par exemple :

  • Vivre différentes expériences
  • Avoir une vie intellectuellement active
  • Montrer de l’intérêt pour l’apprentissage
  • Avoir l’esprit ouvert
  • Curieux et toujours en exercice

Des activités qui nous permettent de créer des connexions neuronales continues, qui à leur tour nous fournissent de nouvelles voies et structures avec lesquelles enrichir ce merveilleux organe appelé le cerveau, un muscle vraiment extraordinaire.

Maintenir une réserve cognitive élevée

La réserve cognitive est le résultat d’un processus qui commence pendant les premières années de la vie et se poursuit dans le temps, c’est une capacité qui peut et doit être stimulée tout au long de la vie, pour notre bien. Comment faire ? Nous devons continuer à être curieux, à poser des questions, à lire, à avoir un bon cercle d’amis avec qui parler et échanger des idées, ressentir des émotions, s’enthousiasmer, faire des projets, améliorer d’autres compétences telles que la musique, la peinture, l’écriture, etc.

Tout cela fait que notre réserve cognitive établit de nouvelles relations neuronales, construisant de nouvelles structures et définissant un cerveau plus fort et plus sain, capable de lutter contre des maladies potentielles dans le futur, et qui nous aidera à rester en bon état et à passer une vieillesse heureuse.