Des méthodes de traitements prometteuses pour le cancer du pancréas

Le cancer du pancréas a un taux de survie très faible, de seulement 7 % après cinq ans. Aujourd’hui, une approche de traitement en deux étapes semble apporter une amélioration significative.

Des chercheurs australiens ont découvert une nouvelle approche prometteuse pour le traitement du cancer du pancréas, dans laquelle le tissu entourant la tumeur est d’abord rendu “plus mou”, ce qui permet à la chimiothérapie d’être plus efficace. L’étude a été menée sur des souris et sur des échantillons prélevés sur des patients.

Un espoir de traitement pour la tumeur de pancréas

Les chercheurs ont d’abord traité les tumeurs pendant trois jours avec Fasudil, un agent qui à la fois détache les tissus environnants et rend les vaisseaux sanguins autour des tumeurs plus perméables. Il a été suivi d’un traitement par chimiothérapie pour le cancer du pancréas, qui est la norme de soins.

Fait remarquable, cette approche en deux étapes successives a permis de doubler la durée de survie des patients. Elle a également permis d’éviter que le cancer ne se propage à d’autres régions. Le cancer du pancréas a un faible taux de survie de seulement 7 %  après cinq ans, un chiffre qui n’a guère changé ces dernières années. Le traitement habituel par chimiothérapie des tumeurs inopérables n’a jusqu’à présent eu qu’un succès modéré dans l’augmentation du taux de survie.

Des équipes de chercheurs du monde entier s’est fixé comme objectif international de doubler le taux de survie au cancer du pancréas d’ici 2020. Il est donc particulièrement gratifiant que cet objectif ait été atteint dans les études précliniques”, a déclaré un médecin, qui codirige l’étude avec un autre médecin.

Des résultats prometteurs

L’efficacité du traitement avant la chimiothérapie dans différents modèles a été testée, y compris dans des modèles de cancer du pancréas dérivés de patients. Ces résultats rapprochent de l’application clinique.

Les tumeurs du pancréas, comme toutes les tumeurs solides, se développent dans un “nid” complexe de cellules, de vaisseaux sanguins et d’autres structures environnantes, également appelé stroma. L’interaction entre les cellules cancéreuses et la structure du stroma environnant est importante pour la survie et le développement de la tumeur. Lors du traitement des tumeurs avec Fasudil, les chercheurs se sont concentrés sur le stroma plutôt que sur la tumeur elle-même. Fasudil est un inhibiteur de la protéine ROCK, qui se trouve généralement dans les cellules entourant la tumeur, rendant la tumeur plus résistante et aidant ainsi la croissance du cancer à progresser.

Pendant une longue période, la recherche sur le cancer a fait l’objet d’un débat animé sur la question de savoir si le traitement du stroma rendrait le cancer du pancréas plus sensible à la thérapie. Cependant, une solution a été trouvée, car il a été démontré que pour la première fois qu’il est essentiel de traiter d’abord le stroma puis la tumeur, et qu’il est tout aussi important de bien programmer le traitement pour maximiser l’effet et minimiser les effets secondaires.

Des conclusions médicales concernant le traitement au Fasudil

Les chercheurs ont utilisé des techniques microscopiques intravitales de pointe pour chronométrer avec précision le processus, obtenant une vue directe sur les tumeurs d’un être vivant et observant l’effet de Fasudil sur la tumeur et le stroma en temps réel et en trois dimensions. Ils ont également étudié comment les vaisseaux sanguins autour de la tumeur étaient affectés.

Le stroma s’affaiblissait avec le temps, et aussi que les cellules cancéreuses n’étaient plus capables de se propager facilement à d’autres organes comme le foie. Les vaisseaux sanguins qui alimentent la tumeur sur une plus longue période ont pu être examinés en utilisant des points quantiques fluorescents dans le sang. Il était impressionnant de voir comment les points quantiques se répandaient à partir des vaisseaux sanguins situés près de la tumeur après avoir été traités avec le fasudil, un indicateur que les vaisseaux étaient devenus plus perméables.

Les chercheurs ont conclu que le traitement au Fasudil rend les tumeurs plus sensibles à la chimiothérapie de deux façons : d’abord, en adoucissant le stroma et en facilitant le transport des médicaments vers la tumeur dans des vaisseaux sanguins plus perméables.

Une autre conclusion importante est que certaines formes de cancer du pancréas ont réagi plus positivement que d’autres à la nouvelle thérapie. À partir d’échantillons de tumeurs provenant de l’initiative australienne sur le génome du cancer pancréatique, l’équipe a mis au point une analyse automatisée des tissus cancéreux pour tester la réponse individuelle de différentes tumeurs au traitement. La thérapie est donc la mieux adaptée aux tumeurs qui sont entourées d’une grande quantité de stroma, ainsi qu’aux tumeurs avec une forte densité de vaisseaux sanguins.

Cependant, le potentiel clinique de l’étude est décisif pour certains chercheurs. Le Fasudil est déjà utilisé au Japon pour le traitement des accidents vasculaires cérébraux et son brevet a expiré, il est donc possible de le réutiliser pour le traitement du cancer du pancréas. Jusqu’à présent, il a été utilisé cliniquement pendant une période de trois jours, ce qui correspond à la période de traitement, et il existe suffisamment de données de sécurité pour soutenir cette approche. Le Fasudil ou des thérapies similaires pourraient bien se traduire par des traitements médicaux précis afin de garantir que les patients reçoivent la thérapie la mieux adaptée à leur tumeur individuelle.

L’équipe de recherche travaille en étroite collaboration avec des experts, afin de traduire ces résultats en une phase initiale d’essai clinique et de tester la sécurité de la nouvelle approche de traitement.

Certains chercheurs aimeraient continuer à tester le potentiel de cette approche sur d’autres tumeurs solides qui, comme le cancer du pancréas, sont entourées de stroma et sont difficiles à traiter avec des médicaments, ce qui pourrait les sensibiliser avec un traitement préalable.